Informer et soutenir Lutter contre le lymphome

Notre forum Faire un don

Vivre avec son cancer

1. Quand faut-il consulter un médecin ?

Il faut informer votre médecin et votre équipe soignante dès que vous ressentez des effets indésirables, des changements dans votre état de santé ou tout autre problème pendant la thérapie. La fièvre est un signe qui doit vous alerter et doit vous conduire à appeler votre médecin immédiatement. Vous devez également tenir informé votre oncologue si vous envisagez ou si vous prenez tout autre médicament que ceux de votre protocole thérapeutique. Cela comprend les médicaments prescrits par d'autres médecins comme les médicaments que vous prenez sans ordonnance.

2. Thérapies de substitution ou complémentaires

Les thérapies alternatives ou complémentaires sont des traitements qui ne sont pas conventionnelles mais qui peuvent aider les patients à vivre et à supporter leur maladie. En aucun cas elles ne doivent pas se substituer au traitement de votre lymphome.

Les thérapies alternatives comme la méditation, les prières, la visualisation mentale, l'exercice, le régime, le biofeedback, le Reiki, l'hypnose et la relaxation peuvent être utiles en association avec d'autres thérapies médicamenteuses conventionnelles. Elles peuvent potentiellement améliorer votre confort physique et émotionnel.

3. Régime et exercice

Une bonne alimentation est toujours primordiale pour votre corps et c'est d'autant plus important pendant le traitement d'un cancer. Il est important de rappeler toutefois qu'il n'existe pas de preuve formelle qu'un régime ou un aliment donné puisse guérir un cancer ou l'empêcher de récidiver. La meilleure approche est de manger régulièrement une nourriture variée et saine. Parlez à votre médecin, à votre infirmière ou votre diététicien avant de changer de régime ou de prendre des vitamines ou des oligo-éléments. Votre équipe soignante peut vous aider à élaborer un plan diététique personnalisé.

Les gens qui ont une activité physique régulière sont souvent davantage en mesure de supporter la chimiothérapie ou la radiothérapie. Demandez à votre médecin si la marche, la natation ou le stretching peuvent être bons pour vous. Mais ne poussez pas vos limites. L'exercice peut vous faire du bien mais ne pas en faire n'aura pas d'incidence sur votre traitement.

4. Gérer les aspects émotionnels du cancer

Il est possible de contrôler de manière efficace les effets indésirables physiques avec des médicaments. Cependant, l'impact émotionnel et psychologique que représente la confrontation avec un cancer a besoin d'être pris en compte.

  • Ne plus se sentir attirant : la chute de cheveux et d'autres changements physiques causés par le traitement peuvent donner l'impression aux patients qu'ils ne sont plus attirants. On peut lutter contre ce sentiment en apprenant à améliorer son apparence, à cacher la calvitie et à traiter les changements temporaires tels que la peau sèche, les ongles cassants et un teint brouillé.
  • Dépression : les personnes qui vivent avec un cancer peuvent se sentir tristes ou déprimées. Apprendre que l'on a un lymphome et suivre un traitement peut être éprouvant à la fois physiquement et psychologiquement. La tristesse/dépression peut être identifiée par des signes tels que le fait de dormir plus ou moins souvent que d'habitude, d'avoir moins d'énergie, de pleurer ou avoir les larmes aux yeux régulièrement, de ressentir des difficultés à se concentrer. La prise de certains médicaments peut également favoriser ces manifestations.

    La dépression est fréquente parmi les personnes qui vivent avec un cancer et leur entourage. Sachez toutefois qu'il est toujours possible de trouver de l'aide. Parlez de ce que vous ressentez à votre équipe soignante. Commencez une thérapie avec un professionnel (psychiatre, assistant social, psychologue, conseiller,...) et/ou envisagez de prendre des médicaments pour vous aider à garder le contrôle de vos émotions. Des groupes de soutien peuvent aussi vous aider et vous apporter le confort de parler avec d'autres personnes qui comprennent votre situation.

  • Vivre en rémission : la rémission est souvent vécu comme un mélange de soulagement et d'anxiété. Beaucoup de gens considèrent que c'est le moment de penser à ce qui est réellement important dans la vie : les relations avec les gens, la spiritualité et l'avenir. Des changements de mode de vie et de carrière sont fréquents à ce stade. Ajuster les changements physiques et émotionnels est un processus constant. Beaucoup de personnes veulent donner en retour et deviennent actives au sein d'associations ou partagent leur expérience avec d'autres personnes qui souffrent d'un lymphome. Il est également important de rester en bonne santé et de suivre les recommandations du médecin pour les visites de suivi.
  • Faire face à une rechute : la peur de voir votre lymphome revenir peut être envahissante. Elle peut être plus forte à certains moments, et particulièrement à l'occasion des consultations de suivi. Apprendre que votre lymphome a récidivé peut être démoralisant et vous sembler injuste. Vous pouvez vous sentir déçu de constater que le traitement n'a pas marché ou que la rémission n'a pas duré aussi longtemps que vous l'aviez espéré. Beaucoup de gens se demandent s'ils auront la force psychologique et physique de recommencer un traitement. Pourtant, il est possible que la prise d'un nouveau traitement soit plus facile à supporter parce que vous savez à quoi vous attendre et vous avez déjà appris à trouver du soutien et à prendre en charge votre maladie. Rapprochez-vous des gens qui vous soutiennent et puisez dans vos ressources pour vous aider à supporter la rechute.

5. Relations sexuelles et cancer

Le désir sexuel (libido) diminue souvent pendant le traitement d'un cancer. Cela peut être dû à la fois à la fatigue et aux effets que les traitement ont sur la partie du cerveau qui joue un rôle dans le désir sexuel. Les hommes peuvent rencontrer des difficultés à obtenir ou maintenir une érection. Les femmes peuvent ressentir une gêne au niveau du vagin, en particulier au moment des rapports, car les traitements sont susceptibles d'entraîner une sécheresse ou une irritation vaginale.

Ces effets indésirables sont généralement temporaires et le désir sexuel et les aptitudes redeviennent normales après le traitement. La durée de ces troubles varie d'un patient à un autre. Le lymphome n'est pas transmis par relations sexuelles. Toutefois, de petites quantités de chimiothérapie peuvent être retrouvées dans le liquide séminal des hommes qui suivent un traitement. L'utilisation de préservatifs est donc recommandée au moment des rapports. Les personnes qui reçoivent une greffe de moelle osseuse ou de cellules souches doivent également porter des préservatifs.

Beaucoup de personnes se sentent gênées de parler des effets indésirables liés au sexe. Comprendre sa sexualité fait partie de la vie et ne doit pas être une source de gêne. N'hésitez pas à en parler à votre médecin. Il pourra vous proposer des solutions pour vous soulager.

6. Fertilité

Il est très important de parler de la fertilité avant de commencer un traitement si vous envisagez d'avoir des enfants. Certains médicaments de chimiothérapie sont en effet susceptibles de provoquer une stérilité. La radiothérapie, selon les doses administées et la région irradiées, peut également affecter les organes de reproduction. La stérilité n'est pas forcément définitive. Cela dépend notamment de l'âge du patient et du type de traitement employé.

  • Les hommes

    Les hommes doivent envisager la congélation de sperme avant de commencer le traitement. L'infertilité masculine est provoquée par l'arrêt de la production de spermatozoïdes par les testicules. Les spermatozoïdes peuvent être recueillis avant le traitement et congelés pour une utilisation ultérieure.

  • Les Femmes

    Le traitement du cancer chez les femmes peut provoquer une ménopause prématurée ou entraîner d'autres effets qui ne permettront pas de mener à bien une grossesse. Il existe plusieurs options pour les femmes qui envisagent d'avoir des enfants plus tard. Les ovocytes peuvent être prélevés et congelés, après avoir été ou non fertilisés par des spermatozoïdes, et être conservés pour être utilisés plus tard. Les ovocytes non fertilisés sont plus difficiles à conserver. Si les spermatozoïdes du partenaire ou d'un donneur sont disponibles, une procédure appelée congélation des embryons peut être effectuée en prélevant les ovocytes, en les fertilisant in-vitro et en congelant l'embryon. Avant de commencer le traitement, toutes les femmes en âge de procréer devraient parler de ces options avec leur médecin.

7. Grossesse et allaitement

Les femmes qui sont enceintes au moment du diagnostic d'un lymphome doivent en informer leur médecin. Ce dernier peut alors prescrire des traitements exposant le fœtus à moins de risque.

L'allaitement est déconseillé lorsque l'on reçoit un traitement contre un lymphome afin d'éviter d'exposer l'enfant aux effets des médicaments.

Les femmes en âge de procréer doivent parler de ces options à leur médecin.

Dernière mise à jour le 11/01/2017 à 11:19

5516 personnes le recommandent.
Devenez bénévoles !
Retrouvez-nous sur notre blog

Association de malades atteints d'un lymphome ou cancer des ganglions, une forme de cancer du sang touchant certains globules blancs, les lymphocytes.

Retour en haut de page
Fermer
URGENT : Appel à expériences des patients : PROROGÉ au 6 JUIN 2017
pour l'ÉVALUATION du LEDAGA (Velchlor) en monothérapie pour le lymphome T cutané - Mycosis fongoïde.
Plus d'infos