Informer et soutenir Lutter contre le lymphome

Notre forum Faire un don

Témoignages

Partagez avec nous votre histoire !

Si vous le souhaitez, vous pouvez, vous aussi apporter votre témoignage

Catherine Lymphome de haut grade
le 25/03/2016

Début d'année 1994 des maux d'articulations, des troubles divers me faisaient souffrir atrocement, des plaques, des boutons etc.... je dissimulais ces douleurs en prétextant trop de travail, trop de décapage, de cirage (mon hobbie) des meubles anciens. Au retour des vacances d'aout 1994, toute bronzée (mais fatiguée) à la terrasse d'un café en bordure de Loire avec des amis, des douleurs terribles insupportables au niveau du thorax, des articulations des poignées me font à nouveau consulter mon généraliste (une fille bien, sérieuse) qui elle même m'adresse à un rhumatologue. Ce dernier après examen clinique, trouvant mon cas "bizarroïde" me demande de passer une radio des poumons. Et à partir de là, la machine médicale s'est emballée à la vitesse V : - jeudi radio, le radiologue perçoit une image non conventionnelle - samedi scanner en urgence avec visite du chirurgien - mardi suivant : opération. De la Nièvre, je fus transférée à la Clinique du Val d'Or de St Cloud (92) où je subis une opération à cœur ouvert. Une tumeur de 20 cm de diamètre collée au cœur et au poumon m'est extraite. Le chirurgien en a profité pour retirer les adhérences accessibles. Après de longues heures d'opération, me voilà maintenant avec une cicatrice (qui me hante toujours) de 30 Cm de long. 10 jours après l'opération, je fus à nouveau transférer à l'Hôpital de Tenon à Paris où l'équipe du Professeur IZRAEL m'a pris en charge. A cette époque on ne savait pas si je resterais à cet hôpital où bien si je serais dirigée vers St Louis. J'avais déjà maigri et pouvais me mouvoir avec difficulté. Le verdit tombe sans que je le sache, je refusais tout dialogue : un LNH à haut grade. La tumeur est installée depuis trop longtemps un an ou deux sans doute. Mes parents attendent le pire mais me soutienne avec beaucoup de dignité. Mes parents m'ont accompagnée dans ce périple, c'est UNE GRANDE CHANCE. Le protocole fut trouvé par TENON après une semaine d'analyses en tout genre et d'examens. Le rein droit aussi était touché. Le 5 octobre, je vois arriver dans ma chambre vers 17h, toute une panoplie de poches suspendue, c'était la fameuse chimio dont le mot me faisait si peur. Il faut dire que très féminine, la peur de perdre mes cheveux étaient insoutenable et pourtant............ la collaboratrice du professeur de l'époque me disait froidement que de jolis foulards ou turbans existaient. J'aurais voulu à la voir à ma place et pour la petite histoire nous avions le même âge (34 à l'époque) Six mois de chimio, dur dur, très dur à supporter, alitée, anéantie, malade, humiliée par les toilettes, mais pourtant l'envie de me battre et de vivre me poussait. En septembre 1995, re reprenais mon travail à mi-temps thérapeutique pendant six mois puis normalement. 10 ans de suivi pour me dire que j'étais en rémission complète que l'on ne voulait plus me voir après avoir été condamnée par la médecine. Belle VICTOIRE. Avec 11 ans de recul, je trouve que l'accueil des soignants s'est largement amélioré, il reste à faire au niveau administratif. Je ne peux que remercier le chirurgien le Docteur BAZELLI, les Professeurs IZRAEL et LOTZ (des gens simples et humbles) et tout leur staff, une équipe formidable. Sans le soutien de mes PARENTS, mes amis et collègues, je n'aurais peut être pas eu le courage de me lutter ainsi LA VIE EST BELLE ET VAUT D' ETRE VECUE. Catherine Chabert Février 2007
Devenez bénévoles !
Retrouvez-nous sur notre blog

Association de malades atteints d'un lymphome ou cancer des ganglions, une forme de cancer du sang touchant certains globules blancs, les lymphocytes.
Agrément au niveau national d'association représentant les usagers dans les instances hospitalières ou de santé publique, par arrêté du 6 juin 2018 (JO du 15 juin 2018).

Retour en haut de page