Informer et soutenir Lutter contre le lymphome

Notre forum

Faire un don

Témoignages

Partagez avec nous votre histoire !

Si vous le souhaitez, vous pouvez, vous aussi apporter votre témoignage

Merryl , 35 ans Lymphome de Hodgkin , Aquitaine
le 25/03/2016

Je m'appelle Merryl, j'ai bientôt 35 ans et cela fait maintenant 13 ans - j'avais 21 ans - que j'ai appris que j'avais une maladie de Hodgkin. Le traitement a duré 5 mois, soit 4 cures de chimiothérapie puis 1 mois de radiothérapie. A l'époque je n'ai pas très bien réalisé : la découverte lors d'une année universitaire en Autriche, le retour en catastrophe en France (je pensais repartir la semaine d'après, quelle blague !). Je me suis lancée à fond dans les révisions de mes examens et je pense que c'est ce qui a fait que tout cela m'est passé très très loin de la tête. Ma famille, mes amis ont eu je pense plus peur que moi. Ils étaient toujours là, très proches. J'ai perdu mes cheveux, pas mes sourcils. La première cure de chimiothérapie m'a déclenché une constipation de première, très douloureuse. J'ai eu des nausées, jusqu'à ce que l'on me donne du Primpéran, mais depuis, je ne peux plus sentir l'odeur d'un bombon Ricqlès sans avoir envie de vomir ! En y repensant, tout n'a pas été une partie de plaisir. Mais.... il y avait les amis, les parents, ma mère. Il y avait Christine, ma coiffeuse qui m'avait dit que dès que je le voudrai, que je me sentirai prête, elle serait là pour me couper les cheveux et je peux vous assurer que cela a été un moment de joie, très ludique. Après une première chute, elle m'avait fait un carré très réussi et puis quand je me suis réveillée quelques jours plus tard avec des touffes sur l'oreiller, alors, il n'a plus été question pour moi de subir ça tous les jours. Plutôt décider soi même du moment que de le subir : j'ai donc appelé Christine, RDV a été pris dans la journée et nous avons oeuvré ensemble : c'était le moment ou jamais d'essayer les coiffures les plus folles, celles que je n'aurais jamais osé (et voici une magnifique crête d'irocquois ! ) Puis nous avons fini par tout raser, boule à zéro ! Quel joli crane ! Un turban et Zou, retour à la maison. Quand ma mère a ouvert la porte, j'ai laissé tomber le turban. La pauvre ! Elle était plus désolée que moi ! Mais bon, les cheveux ça repousse, non ? D'ailleurs, aujourd'hui, ils sont longs à nouveau et mes fils aiment y plonger leurs petites mains. Côté séquelles : une hypothyroïdie, mais après tout il y a aujourd'hui des milliers de personnes sous Lévothyrox et elles n'ont pas eu forcément de Hodgkin. Aujourd'hui, je suis mariée, j'ai deux magnifiques enfants de 6 et 3 ans. Il y a 3 ans, le professeur M... de L'institut Bequerel à Rouen m'a annoncé ma rémission complète. Et en novembre je subirai mon tout dernier contrôle, à Bordeaux cette fois-ci. Même si cela est vrai que la fin des contrôles m'angoisse, je sais que c'est une bonne nouvelle, vraiment une bonne. Après tout, c'est également une décision médicale que de dire à son patient qu'on ne veut plus le voir parce qu'il est guéri, c'est vrai. Même si cela est tellement réconfortant, mois après mois, puis année après année de s'entendre dire - régulièrement- que tout va bien, que rien ne cloche. Allez, quoi, c'est VRAIMENT une BONNE nouvelle ! Pour tous ceux qui sont aujourd'hui dans l'angoisse, de la découverte, des traitements, des séquelles, j'espère que ce témoignage sera synonyme d'espoir. S'il y a une chose que j'ai retenu, c'est qu'il ne faut rien garder pour soi : que l'on soit en colère, que l'on soit triste, désespéré, angoissé, l'important est de le dire, de le raconter et que le Mal sorte. Ah, j'oubliais, à la fin de mon traitement, en octobre 1995, j'ai eu mes exams !!!! Et çà , c'était une bonne nouvelle ! Bon vent à tous, bon courage ....
Devenez bénévoles !
Retrouvez-nous sur notre blog

Association de malades atteints d'un lymphome ou cancer des ganglions, une forme de cancer du sang touchant certains globules blancs, les lymphocytes.
Agrément au niveau national d'association représentant les usagers dans les instances hospitalières ou de santé publique, par arrêté du 6 juin 2018 (JO du 15 juin 2018).

Retour en haut de page