Informer et soutenir Lutter contre le lymphome

Notre forum Faire un don

Témoignages

Partagez avec nous votre histoire !

Si vous le souhaitez, vous pouvez, vous aussi apporter votre témoignage

Véronique , 50 ans Lymphome de Hodgkin , Ile de France
le 25/03/2016

Voici mon témoignage : J'ai été atteinte d'une maladie de Hodgkin stade III A, découverte fin 1991, il y a tout juste 20 ans, c'est donc un anniversaire cette année, et heureux. J'avais 31 ans. En fin d'année, j'étais asymptomatique mais, a été détectée par hasard, grâce à la médecine du travail et une radio pulmonaire, une anomalie dans le médiastin. Ce fut un peu coup de tonnerre car je me sentais très bien. Après avoir éliminé une hypothèse de cancer du poumon, une biopsie et des examens, ont révélé une maladie de Hodgkin donc un ganglion médiastinal atteint, et nodule sur la rate. C'était juste avant Noël 1991, j'ai alors été dirigée vers l'hôpital Saint Louis, et le docteur Pauline Brice, qui ne doit pas se souvenir de moi, mais moi, si. Après les fêtes, ce fut 3 cures de chimiothérapie à l'hôpital de jour de Saint Louis, puis ensuite de la radiothérapie ciblée aux 2 endroits affectés. Au niveau effets secondaires, grâce à un casque de glace, je n'avais pas perdu trop de cheveux, et pour les nausées, il existait déjà un traitement qui a bien aidé. Les analyses sanguines qu'on devait faire restaient à peu près correctes. Concernant des séquelles à long terme de la radiothérapie, je n'ai pas d'ennuis. A l'occasion d'une échographie cardiaque pour un autre problème de santé, l'échographiste a dit qu'on pouvait observer quelques petites traces, mais sans gravité. Il m'est restée aussi une cicatrice due à la biopsie, à une époque, je la cachais, maintenant, je mets des décolletés sans soucis. On m'avait dit qu'on pourrait la reprendre en chirurgie réparatrice, mais maintenant, elle ne me dérange plus. Ça peut paraitre futile, mais ça me chiffonnait. J'imagine que les traitements ont peut-être évolué en 20 ans, ce sont ceux de l'époque que je décris. J'étais juriste, durant toute la durée du traitement, j'ai choisi l'arrêt de travail, d'autant que j'avais une famille, et un petit garçon de 2 ans, et donc c'était déjà du travail. J'ai repris par contre mon travail assez vite après la fin du traitement. Autant mes collègues que ma hiérarchie ont été très compréhensifs, et cet arrêt de travail assez long n'a guère gêné la suite. J'ai eu la chance d'être bien entourée aussi de mes très proches, car la maladie chamboule aussi pour les proches, qui parfois, c'était le cas de mon époux, doivent assumer matériellement plus de choses. Ce traitement a mené à la rémission complète, puis un peu plus tard, comme nous désirions un second enfant, le dr Brice a donné l'autorisation, et notre second enfant est né en janvier 1996. Une chose un peu intime mais symbolique, son second prénom est Victorien, ce qui n'est pas sans rapport avec ce trajet. Un peu plus tard encore est venu le mot guérison. En tout cas, bravo pour cette association, c'est très utile, il y a 20 ans, ça existait moins, et pourtant, je suis certaine que ça aurait pu m'aider, ainsi que beaucoup d'autres personnes. Tout évolue, et dans le bon sens. J'en profite pour vous souhaiter plein d'espoir, quelque soit la forme de votre lymphome, et à vos proches aussi.
Devenez bénévoles !
Retrouvez-nous sur notre blog

Association de malades atteints d'un lymphome ou cancer des ganglions, une forme de cancer du sang touchant certains globules blancs, les lymphocytes.
Agrément au niveau national d'association représentant les usagers dans les instances hospitalières ou de santé publique, par arrêté du 6 juin 2018 (JO du 15 juin 2018).

Retour en haut de page