Informer et soutenir Lutter contre le lymphome

Notre forum

Faire un don

Témoignages

Partagez avec nous votre histoire !

Si vous le souhaitez, vous pouvez, vous aussi apporter votre témoignage

Jacques , 56 ans B à grandes cellules , Territoire de belfort
le 25/03/2016

L'histoire commence en Août 2003. Je rentre chez moi après une visite chez un ami. Quelque chose me gène dans la gorge, comme si une cacahuète que j'avais mangée était restée coincée. Et puis, bien que la chose soit persistante, j'y pense et puis j'oublie... Juin 2004 : une angine. Je consulte un médecin (ce qui était exceptionnel chez moi, à part pour un certificat médical pour ma licence sportive). L'angine passe difficilement et j'en profite pour lui signaler cette petite douleur à la gorge. Il vérifie, tâte, examine... pas de ganglions, pas d’irritation, rien d'apparent... Il m'envoie chez un confrère ORL. Celui-ci détecte une tumeur, "peut-être bénigne, mais il vaut mieux s'en assurer". Donc hospitalisation pour biopsie. Puis verdict face à deux spécialistes : un chirurgien ORL et une oncologue. Le cancer était déjà annoncé, je m'y attendais de toutes façon, mais les résultats de laboratoire tardant à arriver on hésitait entre "sarcome" ou un autre truc en "-ome". Finalement la réponse du labo tombe: "Quoi ? un lymphome ?..." Les toubibs semblaient à la fois étonné et soulagés. "On va bien vous soigner". Ce jour là mon vocabulaire s'est enrichi de deux mots. Après tous les examens possibles et imaginables, la bestiole montre son profil. Lymphome de type B agressif à larges cellules de haut grade. Une tumeur comme une boule de billard à la base de la langue. Au début, j'ai été fataliste, après plusieurs évènements négatifs dans ma vie, et puis je me suis rendu compte que plein de gens m'accompagneraient dans mon combat, et espéraient que je m'en sorte. Alors j'ai dit comme d'habitude, ce n'est rien tu vas guérir, tu en as la force, et c'est pas grave. Trois séances chaque mois de chimio pendant trois jours, avec injections intervertébrales. J'ai perdu mes cheveux, mais pas dramatique, le plus gros était déjà fait. Puis un mois de radiothérapie quotidienne au niveau du cou et des joues. Quand je vous lis, c'était peut-être pas si grave que ça... Je ressors de tout cela en étant débarassé de ma tumeur et de 40 kg (j'avais de la marge, j'en avais 105, mais avec 1,80m ça fait quand même maigre) Ma barbe ne repousse plus (au début tant mieux, gain de temps de rasage, maintenant elle revient, avec l'acné sénile), et surtout je n'ai plus de salive (mais elle aussi commence à revenir). Reste la fatigue... Des nuits de sommeil de 14 heures, j'ai stabilisé à 7 h. C'est qu'il faut se lever pour aller au boulot. Mais c'est dur parfois. Sinon tout va bien. J'ai retrouvé les 80 kg de mes 20 ans, je suis en forme, ne prends aucune médecine, passe de supers moments avec ma petite-fille de 6 ans Rémission complète depuis 2006, les toubibs n'osant jamais prononcer le mot de guérison. D'ailleurs ne me l'avaient-ils pas annoncé : "on va bien vous soigner;" et non "on va vous guérir". L'importance du vocabulaire... Mais merci à eux. Mon témoignage est un peu long, mais je voudrais le terminer par un hommage à Gérard Rinaldi et Éric Charden, ainsi qu'en souhaitant bon courage à Pierre Mondy.
Devenez bénévoles !
Retrouvez-nous sur notre blog

Association de malades atteints d'un lymphome ou cancer des ganglions, une forme de cancer du sang touchant certains globules blancs, les lymphocytes.
Agrément au niveau national d'association représentant les usagers dans les instances hospitalières ou de santé publique, par arrêté du 6 juin 2018 (JO du 15 juin 2018).

Retour en haut de page