Informer et soutenir Lutter contre le lymphome

Notre forum

Faire un don

 - Cannabis thérapeutique : il faut sortir de l’immobilisme

Publiée le 17/09/2020

L’expérimentation du cannabis thérapeutique, votée par l’Assemblée Nationale en décembre 2019, devait débuter en ce mois de septembre 2020. Faute de décret d’application et de budget, elle est reportée. Dans une tribune, des médecins et des associations se sont alarmés de ce retard. Une dénonciation à laquelle s’associe France Lymphome Espoir.

Combien de malades atteints d’un cancer consomment du cannabis en France ? Impossible de le savoir puisque le cannabis est considéré dans notre pays comme un stupéfiant dont la détention et l’usage sont interdits. Mais sachant que la consommation de ce produit est en France l’une des plus élevée en Europe, il est permis de penser qu’un certain nombre de patients atteints de cancer y ont recours. À titre individuel, des malades disent tirer un bénéfice de cette consommation. Sur le plan scientifique, l’évaluation des effets thérapeutiques du cannabis est jusqu’à présent assez peu concluante, en raison notamment de problèmes méthodologiques.

D’où l’idée lancée en décembre 2018 par l’agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), à la suite d’un rapport d’un comité d’experts, de mener une expérimentation de l’usage médical du cannabis. Le principe de cette expérimentation a été validé par un article de la Loi de financement de la sécurité sociale, adoptée par l’Assemblée nationale en décembre 2019, sur proposition de l’actuel ministre de la Santé (qui était à l’époque député).

Depuis… plus rien. Le décret d’application de l’article de loi n’a toujours pas été publié et aucun financement n’a été décidé. De fait, l’expérimentation est au point mort. Les signataires de la tribune publiée dans le quotidien Le Parisien le 8 septembre dernier, estiment ainsi que « Le report répété du début de cette expérimentation, faute de décret d’application, suscite actuellement un questionnement sur la volonté politique de le mettre réellement en place. Cela crée de l’anxiété voire de la colère chez des patients déjà en souffrance physique et psychique et en attente de solutions complémentaires. » De leur côté, les membres de la mission d’information de l’Assemblée nationale sur l’usage thérapeutique du cannabis ont souligné, lors d’une conférence de presse le 16 septembre dernier, la nécessité et l’urgence de débuter cette expérimentation. Ils ont ainsi appelé à ce que le décret paraisse « dans les semaines qui viennent » afin que l’expérimentation puisse débuter en janvier 2021. Une demande à laquelle souscrit France Lymphome Espoir.

L’expérimentation doit concerner 3000 malades qui ne sont pas suffisamment soulagés avec les thérapeutiques actuelles ou ne les tolèrent pas, et qui souffrent de douleurs chroniques neuropathiques, de contractions musculaires douloureuses liées à la sclérose en plaques, d’épilepsies résistantes, de complications liées aux cancers et aux chimiothérapies (tels que nausées, vomissements, anorexie, etc.) ou qui sont en situation palliatives. Selon la mission d’information parlementaire, ces indications pourraient concerner 700 000 patients.

Il est prévu que l’expérimentation dure deux ans et évalue l’usage de fleurs séchées de cannabis ou d’extraits fournis sous différentes formes (huiles, solutions, capsules) pouvant être vaporisés, pris par voie sublinguale ou orale. Seuls des médecins exerçant dans un centre de référence pour les pathologies concernées pourront prescrire dans le cadre de cette expérimentation. Si elle finit par voir le jour…

Retour aux actualités

Devenez bénévoles !
Retrouvez-nous sur notre blog

Association de malades atteints d'un lymphome ou cancer des ganglions, une forme de cancer du sang touchant certains globules blancs, les lymphocytes.
Agrément au niveau national d'association représentant les usagers dans les instances hospitalières ou de santé publique, par arrêté du 6 juin 2018 (JO du 15 juin 2018).

Retour en haut de page