Informer et soutenir Lutter contre le lymphome

Notre forum

Faire un don

 - Enquête ISOLYMPH – Inégalités sociales

Publiée le 29/10/2020

Prise en charge des lymphomes : le rôle des inégalités sociales

Une enquête réalisée dans trois régions françaises a exploré le rôle des inégalités sociales dans la prise en charge et l’espérance de vie des patients atteints d’un lymphome. Elle montre notamment l’intérêt d’être suivi dans un service spécialisé en hémato-oncologie, mais aussi l’influence du temps de déplacement vers le lieu de soins.

Sommes-nous tous égaux face à la maladie ? Même si le système de santé français est à l’évidence l’un des plus égalitaires dans le monde, il n’en reste pas moins que tout le monde n’est pas forcément logé à la même enseigne en termes d’accès aux soins, de qualité de prise en charge et donc de devenir après le diagnostic d’un lymphome. C’est ce que montrent les résultats de l’enquête ISOLYMPH, réalisée par Sandra Le Guyader-Peyrou, épidémiologiste au sein du centre de recherche Inserm U1219 « Bordeaux population health » (1). Cette enquête a concerné 1798 patients atteints d’un lymphome diffus à grandes cellules B ou d’un lymphome folliculaire diagnostiqué entre 2002 et 2008 dans trois régions (Basse-Normandie, Côte d’Or et Gironde). Les données recueillies à partir des registres en hématologie de ces régions ont permis de décrire pour ces patients le parcours de soins, le bilan initial, la prise en charge et les facteurs associés à la durée de vie.

L’enquête ISOLYMPH montre tout d’abord, et c’est une première (bonne) surprise, que le niveau socioéconomique n’a pas d’influence sur trois aspects importants : le choix de l’établissement de soins, le délai de prise en charge et la survie cinq ans après le diagnostic. Autrement dit, être dans une situation défavorisée ou favorisée n’a pas d’impact en soi sur la qualité de la prise en charge et sur l’espérance de vie avec la maladie.

Services spécialisés et temps de déplacement

En revanche, d’autres facteurs s’avèrent avoir une nette incidence sur la durée de vie. Il ressort ainsi des inégalités territoriales marquées entre les trois régions. Sandra Le Guyader-Peyrou estime qu’elles sont liées « à une disparité de la vitesse de diffusion de l’innovation thérapeutique ». La spécialisation du service hospitalier joue également un rôle. Être pris en charge dans un service spécialisé en hémato-oncologie, en comparaison avec tout autre type de service, est associé à une meilleure survie à cinq ans. Ces résultats indiquent donc qu’il est préférable d’être pris en charge par une équipe spécialisée en hématologie dans un centre de référence lorsque l’on est atteint d’un lymphome.

Mais encore faut-il être domicilié à proximité d’un tel centre ! L’enquête ISOLYMPH montre que le choix de l’établissement de soins est très dépendant du temps de déplacement entre ce dernier et le domicile. « Au-delà de 15 minutes de trajet, les patients privilégient (jusqu’à deux fois plus) une prise en charge dans les CHG ou les cliniques plutôt que dans les centres de référence », indique ainsi Sandra Le Guyader-Peyrou. Indépendamment des caractéristiques du lymphome et de l’âge, le temps de déplacement vers le lieu de soin a ainsi une influence directe sur le pronostic et la durée de vie. Ceux-ci sont meilleurs pour les patients résidant à moins de 15 minutes d’un centre de référence.

En partenariat avec la LYSA (2), l’unité où travaille Sandra Le Guyader-Peyrou a lancé il y a deux ans une nouvelle enquête baptisée REALYSA (2). Elle vise à suivre 6000 patients sur neuf ans afin de préciser les différents facteurs sociaux et médicaux qui influencent le pronostic des lymphomes et la qualité de vie des patients.

  • Le Guyader-Peyrou S, Monnereau A. Rôle des inégalités sociales dans la prise en charge et la survie des LNH dans la population générale. Correspondance en Onco-hématologie, XV;4:192-197.
  • Lymphoma Study Association, groupe indépendant de recherche clinique sur les lymphomes.
  • Enquête présentée plus en détail sur le site ORELy (Outil de recherche d’études sur les lymphomes) à l’adresse suivante :

https://www.orely.org/essais-cliniques/1574776613/lymphome-etude-epidemiologique-sur-les-facteurs-de-survenue-et-d-evolution-de-la-maladie.html

Retour aux actualités

Devenez bénévoles !
Retrouvez-nous sur notre blog

Association de malades atteints d'un lymphome ou cancer des ganglions, une forme de cancer du sang touchant certains globules blancs, les lymphocytes.
Agrément au niveau national d'association représentant les usagers dans les instances hospitalières ou de santé publique, par arrêté du 6 juin 2018 (JO du 15 juin 2018).

Retour en haut de page