France Lymphome Espoir - Le blog

JML à Bordeaux le 15 septembre 2008


Patrick Gars, secrétaire général de France Lymphome Espoir, nous livre  en détail le déroulement de la réunion.

 

Lundi 15 septembre 18h35, après quelques minutes d'attente pendant lesquelles nous nous interrogeons, les premiers participants arrivent et sont accueillis autour d'un buffet très convivial organisé par notre partenaire principal, le laboratoire Roche. Petit à petit de nouveaux invités arrivent et se joignent aux groupes déjà présents. Cela permet à tous de faire connaissance et de dialoguer avant le début de la conférence médicale.


Il est déjà 20 heures, c'est le moment de passer dans l'amphithéâtre pour assister aux interventions des médecins et poser les questions qui nous taraudent. Nous sommes 52 participants, à l'unité près, le nombre de participants à la réunion l'an dernier. Dire que c'est un échec serait excessif vis à vis des présents, ce n'est pas non plus un résultat satisfaisant.


Après une introduction et les remerciements d'usage, je passe la parole au professeur Milpied, chef du service hématologie du CHU de Bordeaux.

Pr Noël Milpied


Le Pr Milpied nous parle du diagnostic et de ses difficultés. En effet les symptômes sont diffus et souvent confondus avec ceux d'affections bénignes. Cela explique le fait que les médecins généralistes ne pensent pas toujours au lymphome en premier diagnostic.


Le Pr Soubeyran, hématologue à l'institut Bergonié, le centre anti cancer de Bordeaux, nous parle ensuite des lymphomes agressifs et de leurs traitements.

Pr Pierre Soubeyran

Ce n'est pas seulement un exposé technique et médical, car le Pr Soubeyran aborde aussi les questions d'éthique avec les essais thérapeutiques, les questions humaines avec les rapports médecins-malades, la consultation d'annonce. Il souligne l'importance de l'arrivée des anticorps monoclonaux et leur intégration dans les protocoles, ce qui en a augmenté l'efficacité et a parfois permis de diminuer les doses de chimiothérapie ou d'en limiter le nombre.

 

Le Dr Fitoussi, hématologue à la clinique de Bordeaux Nord, nous parle ensuite des lymphomes indolents et de leurs traitements.Il souligne lui aussi la quasi révolution des anticorps monoclonaux dans le traitement de certaines formes de lymphomes indolents, qui de maladies incurables sont devenus maladies chroniques. Il nous a parlé des essais thérapeutiques en cours notamment ceux testant l'efficacité des anticorps monoclonaux en première intention et en traitement d'entretien dès la fin du premier traitement en prévention des récidives.


Le Dr Araujo, hématologue au centre hospitalier de Bayonne, nous a parlé du lymphome hodgkidien, de ses spécificités et de ses traitements très codifiés.

Dr Araujo

Et surtout du taux de réussite très important de ces traitements.

 

J'ai ensuite effectué une présentation de l'association France Lymphome espoir, de ses objectifs, de la nécessité des correspondants régionaux et des parrains pour distribuer les documentations dans les services d'hématologie, ainsi que de la journée mondiale et de ses objectifs.


Puis Merryl, adhérente de FLE est venu au micro nous faire cadeau d'un très beau témoignage extrêmement positif et qui a fait beaucoup de bien à tous les auditeurs. Merryl dont le témoignage est en ligne sur le site de l'association a eu un LH en 1994. Elle nous a parlé des effets secondaires des traitements, tant physiques que psychologiques. Merryl doit très prochainement passer son dernier bilan de contrôle 14 ans après le diagnostic, son hématologue lui a promis que c'était le dernier, ce dont nous sommes tous absolument certain. L'importance du témoignage de Merryl vient du recul qu'elle a maintenant sur cette expérience. Merryl a prononcé une phrase extrêmement importante pour les malades en traitement car elle est source d'espoir : « le lymphome est un cancer qui se soigne, oui, mais c'est aussi un cancer qui s'oublie ».


Quentin est ensuite venu témoigner, il est encore étudiant et en rémission d'un LNH agressif, les effets secondaires des chimiothérapies sont maintenant derrière lui, mais il ressent encore deux ans après une certaine fatigue, une récupération plus longue que chez ses camarades.


Une série de questions réponses nous a amené vers la fin de soirée. Il était 23 heures, l'heure de clore cette 2ème JML à Bordeaux.


Retrouvez-nous

Actualités

Toutes les actualités

Devenez bénévoles ! En savoir +
France Lymphome Espoir
Association de malades atteints d'un lymphome ou cancer des ganglions, une forme de cancer du sang touchant certains globules blancs, les lymphocytes.
Retour en haut de page