Informer et soutenir Lutter contre le lymphome

Notre forum

Faire un don

COVID-19: Conseils et recommandations déconfinement

Nos Webinaires

 

Le 5 juin 2020:

Webinaire 5 : déconfinement suite et fin !

 

Le 7 mai 2020:

Webinaire 4 sur le déconfinement 

  

Les conseils de France Lymphome Espoir pour la phase post-confinement

Ces conseils sont téléchargeables sur ce lien

L’annonce du déconfinement est une nouvelle que nous attendions tous avec impatience. Néanmoins, la phase post-confinement pose de nombreuses questions pour les personnes fragiles. Afin de tenter de répondre à certaines d’entre elles, nous vous proposons quelques conseils destinés aux personnes touchées par les lymphomes et à leurs proches. Il s’agit d’indications générales, à adapter en fonction de chaque situation, notamment votre risque individuel et la circulation locale de l’épidémie. Votre hématologue peut vous aider à définir une stratégie post-confinement adaptée à votre cas particulier. N’hésitez pas à le contacter !

Elaborés à partir des différents rapports et recommandations disponibles, avec l’aide de notre Comité scientifique, ces conseils seront régulièrement mis à jour .

Qui sont les personnes fragiles ?

  • Être fragile signifie que l’on présente un risque plus important de développer une forme grave de la maladie COVID-19 par comparaison à la population générale.
  • La liste des personnes fragiles a été établie par le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) : les patients atteints d’une hémopathie maligne en cours de traitement et les personnes immunodéprimées en font partie . Les greffes de cellules souches et certains traitements médicamenteux (chimiothérapie, traitement immunosuppresseur, corticothérapie à dose immunosuppressive) peuvent provoquer une immunodépression, souvent temporaire.
  • Au-delà des risques liés aux traitements des lymphomes, votre niveau personnel de fragilité dépend aussi de l’âge : plus on vieillit, plus il augmente . L’obésité, le diabète non équilibré, des antécédents cardiovasculaires ou certaines pathologies chroniques respiratoires constituent également des facteurs de risque . À l’inverse, les personnes jeunes et sans autres pathologies ont un risque plus faible.
  • En cas de doute sur votre situation, consultez votre hématologue.

Un risque variable en fonction des zones géographiques

  • L’épidémie de COVID-19 a touché les régions françaises de façon très inégale. La définition des départements rouges ou verts, et en particulier l’indicateur concernant la circulation du virus, vous permet d’identifier plus précisément le niveau de risque local. Par ailleurs, le risque statistique de croiser le virus est a priori plus élevé dans une grande ville que dans un village isolé, sauf si un foyer d’infection y a été identifié.

Que faire à partir du déconfinement ?

  • À ce stade, pour les personnes considérées fragiles, il est toujours aussi important de ne pas être contaminé par le virus. Pour y parvenir, nous vous proposons quelques pistes, à adapter en fonction du risque épidémique local et de votre situation personnelle:
    • Restez autant que possible chez vous, ainsi que vos proches vivant sous le même toit.
    • Évitez de vous rendre dans les lieux fréquentés par le public et préférez, si possible, les livraisons à domicile ou l’aide de tiers pour vos courses (famille, amis, associations, etc.).
    • Si vous retournez sur votre lieu de travail, vous pouvez solliciter la médecine du travail pour l’informer de votre fragilité et permettre certains aménagements pour que votre protection soit renforcée.
    • Si votre entreprise ne peut vous garantir des conditions de travail suffisamment sures, vous pouvez rester en télétravail ou opter pour le dispositif de chômage partiel prévu pour les personnes fragiles et leurs proches. Les travailleurs non-salariés peuvent quant à eux continuer à bénéficier d’arrêts de travail au titre des recommandations sanitaires. Ces dispositifs, qui bénéficient aux personnes fragiles , seront maintenus au moins jusqu'à la fin de l'urgence sanitaire.
    • La décision de renvoyer ou pas vos enfants à l’école doit bien évidemment tenir compte de l’intérêt et de l’âge des enfants. Le retour à l’école le 11 mai est basé sur le volontariat et des solutions de scolarisation à distance seront maintenues pour ceux qui resteront chez eux. Vous pourrez continuer à bénéficier, jusqu’au 31 mai 2020, des dispositifs de chômage partiel et d’arrêt de travail pour garde d’enfants mis en place dans le cadre de l’épidémie.

Si vous devez sortir ou vous déplacer

  • Portez systématiquement un masque, y compris dans la rue. Une directive du ministère de la Santé en date du 4 mai permet désormais aux personnes à très haut risque de développer une forme grave de COVID-19 de bénéficier gratuitement de 10 masques par semaine. Ces masques doivent vous être prescrits par votre médecin traitant et vous pouvez ensuite les obtenir en pharmacie .
  • Respectez les gestes barrière :
    • Restez à distance d'au moins 1m des personnes que vous croisez, si possible un peu plus ;
    • Lavez-vous fréquemment les mains avec du savon ou, à défaut, utilisez du gel hydroalcoolique. L’utilisation de gants est en revanche déconseillée.
    • Évitez de prendre les transports en commun :
      • Privilégiez autant que possible votre véhicule personnel, le vélo ou des moyens de transport permettant d’éviter la promiscuité 
      • Dans les taxis, VTC, VSL ou ambulances : portez un masque et vérifiez que le chauffeur en fait autant ; respectez les gestes barrières.

Votre santé

  • Poursuivez vos traitements et votre suivi médical, conformément aux indications de votre hématologue. S’il ne vous a pas encore contacté, n’hésitez pas à le solliciter pour faire le point sur les modalités de votre suivi post-confinement.
  • Si nécessaire, vous pouvez bien entendu vous rendre chez votre médecin, chez votre dentiste, ou à l’hôpital, en appliquant strictement les mesures de protection décrites plus haut.
  • Les examens biologiques et les prises de sang peuvent être réalisés à votre domicile. Demandez si vous pouvez en bénéficier.
  • Certains actes, examens ou interventions médicales non urgentes, qui ont été repoussés en raison du confinement, vont progressivement être reprogrammés : si vous êtes concerné, discutez-en avec votre hématologue.
  • Si vous devez vous déplacer en raison d’une obligation médicale, utilisez de préférence votre véhicule personnel ou, à défaut, demandez si vous pouvez bénéficier d'une prescription de transport sanitaire.

Quelles questions poser à votre hématologue ?

  • Votre hématologue adaptera votre traitement ou suivi à la phase post-confinement. Il peut également vous aider à déterminer votre niveau de risque individuel et vous conseiller quant aux comportements à adopter en fonction de votre état de santé, ainsi que de votre situation familiale et personnelle.
  • Voici quelques suggestions de questions à lui poser pour l’aider à vous conseiller :
    • Est-ce qu’en raison de mon état de santé je présente un risque particulier par rapport au COVID-19 ?
    • Est-ce que je dois respecter des précautions particulières quand je viens en consultation ou quand je vais à l’hôpital pour mon traitement et/ou des examens ?
    • Quelles précautions dois-je respecter par rapport à mes proches s’ils ne sont plus confinés?
    • Comment ma prise en charge s’organise-t-elle désormais ?
    • Est-il possible de recevoir mon / mes traitements à domicile 
    • Comment faire si j’ai un effet indésirable ?
    • Puis-je avoir (à nouveau) accès à des soins de support (soutien psychologique, activité physique adaptée,
    • Traitement de la douleur, conseils nutritionnels, etc.) ? À qui dois-je m’adresser ?

Votre vie sociale

  • Avec la fin du confinement, il redevient possible de rencontrer ses proches en prenant les précautions adaptées. Si vous souhaitez passer un moment avec une personne qui ne vit pas habituellement avec vous, un ami ou un membre de votre famille, informez cette personne de votre fragilité et de la nécessité qu’elle contribue à votre protection, en appliquant les mesures qui suivent :
    • Si elle présente des symptômes (fièvre, toux, etc.) ou a été en contact avec une personne contaminée, il faut repousser la rencontre ;
    • Pas d’embrassades, ni de serrages de main ;
    • Vous devez porter chacun un masque ;
    • Préférez une rencontre en extérieur, dans un jardin par exemple. A défaut, optez pour une pièce bien aérée ;
    • Respectez une distance de sécurité d’au moins 1m entre vous.
  • À noter que le Haut Conseil de la Santé Publique (HCSP) préconise de ne rencontrer qu’une seule personne à la fois.

Une période difficile pour les personnes fragiles

  • Il est impossible, à ce jour, de dire combien de temps pourra durer cette période ambiguë, au cours de laquelle les personnes fragiles devront continuer à adapter leurs comportements au risque épidémique, plus encore que le reste de la population. Plusieurs événements pourront y mettre un terme: par exemple une évolution favorable de l’épidémie ou du taux d’immunisation de la population, la découverte d’un traitement préventif ou curatif, ou encore la mise au point d’un vaccin.
    Cette situation comporte des difficultés qui ne doivent pas être occultées. On peut se sentir isolé et mis à l'écart. On peut aussi se sentir coupable, en tant que personne fragile, d’imposer des contraintes aux proches qui vivent sous le même toit que nous.

N’hésitez pas à chercher de l’aide et du soutien

  • Pour tout besoin d’expression, d’échange ou de soutien, la permanence téléphonique de France Lymphome Espoir (01 42 38 54 66) est à votre disposition du mardi au vendredi de 10h à 17h. Pour toute question d’ordre juridique, administratif ou financier, vous pouvez contacter Juris Santé (04 26 55 71 60) du lundi au vendredi de 9h00 à 18h00.
  • Vous pouvez également nous poser vos questions sur le Forum (www.francelymphomeespoir.fr/forum/) et via les réseaux sociaux :
    • Facebook @Francelymphomeespoir
    • Twitter @LymphomeEspoir
    • Instagram lymphomeespoir

Lien pour l'aplication test COVID-19 de l'Institut Pasteur

En cas de questions spécifiques concernant le coronavirus, appelez le numéro dédié : 0 800 130 000

 

Archives:

 

Information relatives au confinement

 

Dernière mise à jour le 06/06/2020 à 15:36

Devenez bénévoles !
Retrouvez-nous sur notre blog

Association de malades atteints d'un lymphome ou cancer des ganglions, une forme de cancer du sang touchant certains globules blancs, les lymphocytes.
Agrément au niveau national d'association représentant les usagers dans les instances hospitalières ou de santé publique, par arrêté du 6 juin 2018 (JO du 15 juin 2018).

Retour en haut de page