France Lymphome Espoir - Le forum

Devenez bénévoles

Aidez-nous à mener nos actions
en devenant bénévole.

En savoir +

Vous n'êtes pas identifié.

#1 29-06-2014 13:37:58

Marina73
Membre
Date d'inscription: 28-06-2014
Messages: 33

Annonce de sa maladie et de ma grossesse en même temps.

Bonjour à tous,

Je m'appelle Marina, j'ai 22 ans. Je suis amoureuse de Murat 24 ans, atteint de la maladie de hodgkin stade 4b pulmonaire. J'ai déjà raconté mon histoire dans "à vous nos proches."
Nous ensemble depuis 7ans. 7ans d'amour.

Mi mai 2013, on nous annonce qu'il est malade mais nous ne savons pas encore de quoi il s'agit, on nous parle de sarcoidose début juin. Après plusieurs examens, fin juin nous savons que c'est en fait la maladie de hodgkin et de stade 4. Et depuis plusieurs semaines je sens qu'il se passe des choses bizarres dans mon corps, mon urine sent fort, j'ai des douleurs de règles mais celles-ci n'arrivent pas. je décide de faire un test et là... le choc: je suis enceinte depuis fin mai. Mais rien d'étonnant: lorsque j'ai su qu'il était malade la première chose que je lui ai dite c'est que je voulais un enfant de lui. Tant pis, la seconde année de BTS attendra. L'important c'est lui, ce bébé et moi.

Début juillet commencent alors les séances de chimio, le traitement se nomme BEACOPP. Il réagit très bien au produit, les symptômes de la maladie (toux, sueurs nocturnes et douleurs dans le dos) disparaissent dès la 1ière cure.
Le "hic" se sont évidemment les effets secondaires du traitement (vomissements, nausées).

Au mois de septembre un TEP scan est réalisé afin de savoir si le traitement fonctionne, et bonne nouvelle, il fonctionne très bien, malgré la difficulté qu'il a à supporter physiquement ce traitement assez lourd. Au mois de décembre, un autre est réalisé, et le médecin nous annonce qu'il n'y a plus de cellules cancéreuses visibles sur le TEP. Mais qu'il faut continuer pour être sur qu'il n'y ait plus rien du tout. Mais il est fatigué, épuisé seulement physiquement car le moral est encore présent.
Il décide alors de demander aux médecins un traitement moins lourd. Les médecins nous proposent de faire une autre chimio de consolidation nommée ABVD. Au bout de deux cures, il recommence à tousser et à sentir un ganglion dans l'abdomen. En janvier Un TEP est encore une fois réalisé et nous apprenons qu'il est en rechute.
Tout s'écroule... nous étions à un mois de l'accouchement et cette annonce fut de nouveau un choc.
Mais il faut se relever, garder espoir.

Il refait une nouvelle chimio, mais son cancer paraît réfractaire à celle-ci. Les médecins en essayent une autre, puis deux, puis trois... Rien y fait. De plus la dernière chimio me l'a complétement affaiblit. Il s'est retrouvé en aplasie, plus de globules rouges, plus de plaquettes: il m'a donc fait une hémorragie à la maison à 6h du matin à cause d'une sonde urinaire qu'ils avaient dû lui introduire une semaine plus tôt et qui lui a abîmé l'intérieur, plus de globules blancs non plus: il s'est retrouvé avec une pneumopathie car infection dans les poumons, plus un staphylocoque doré (dont on ne connaît toujours la provenance). Il a frolé la réanimation car 40 de fièvre et pas de tension... Bref les ennuis n'arrêtaient pas.. De plus, la sonde urinaire me l'a complétement traumatisé, il est rentré et n'arrivait plus à s'arrêter de pleurer et il me répété: "je ne veux plus jamais y retourner". Moi je n'ai pas bien compris, j'ai été sondé pour mon accouchement et ca n'a pas posé de problèmes, mais pour un homme c'est beaucoup plus complexe que ca apparament...

Mercredi il est allé au rendez vous en hémato comme prévu, pour annoncer aux médecins qu'il désirait tout arrêter.
Il a pris contact avec un naturopathe et il pense pouvoir guérir avec comme remèdes le jeûne, une alimentation plus saine (jus de curcuma, manger cru...etc) et prendre de la vitamine C.

Moi je suis complétement perdue, mon grand père est mort à cause d'une chimio trop intense, sa moelle osseuse n'a pas supporté. Donc je me dis que ca peut lui arriver aussi, vu la dernière aplasie qu'il a fait...

Je veux qu'il guérisse parce que je l'aime de tout mon cœur, que j'ai peur pour notre fils de 4 mois, j'ai peur de devoir l'élever seule, et nous sommes jeunes.. Il représente tout pour moi, je le soutiens depuis le début et c'est vraiment pas simple à vivre...
J'ai décidé de le soutenir malgré tout dans sa lutte mais est-ce-que les jus de fruits etc suffiront-ils à le soigner ?! J'en doute mais lui il y croit... Les médecins sont très négatifs pour la suite.

Désolée pour le pavé que je viens de vous écrire, en tout cas je lis un peu tous les témoignages et je vous trouve tous très courageux. Surtout les malades de cette saloperie.
Malheureusement personne n'est à l'abris.
Merci de m'avoir lu.

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Association de malades atteints d'un lymphome ou cancer des ganglions, une forme de cancer du sang touchant certains globules blancs, les lymphocytes.